Mathieu Guilbaud designer graphique & espace

 

© 2013 - Mathieu Guilbaud - tous droits réservés

 

 

-

 

Master à la Haute école d'art et de design (HEAD) Genève

janvier à juin 2012

 

projet suivi par

Pierre di Sciullo.

 

Face aux enjeux environnementaux et économiques, les gouvernements, les industriels et les hommes politiques prétendent que la filière nucléaire est la seule capable de conjuguer propreté, indépendance et efficience. Pourtant, nul n’ignore que plusieurs catastrophes sont venues entacher la réputation

de cette filière lucrative.

 

Face à ces discours alimenté et propagé par les médias, le citoyen est dépourvu. Dans le cas d'un incident par exemple, le danger n'est pas nécessairement notable ou visible. Loin de toujours provoquer un cataclysme,

il peut aussi se propager en silence avec lenteur et de façon permanente. Or, les barèmes légaux de mesure des catastrophes sont fixés sur une échelle de risques terroristes ou climatiques ne prenant en compte que les seuls désastres visibles de grande ampleur.

 

Le projet « la force tranquille » met en scène dans l’espace des unités nucléaires symbolisées par des cônes fragiles. Ils sont les témoins des rejets nocifs relevés autour d'un site particulier : il récupèrent les données d'une tranche thermonucléaire distante avant de se désagréger lentement si un incident ou un rejet nocif se produit.

 

« la force tranquille » est un espace : école, église ou théâtre. Le citoyen s’y retrouve pour y lire les incidents qu’il peut provoquer et simuler grâce à une interface produisant la destruction d'un cône disposé devant ses yeux. Une projection contextuelle contenant les images d'un lieu isolé, situé à proximité du site nucléaire en question, complète l'interaction.

 

« la force tranquille » est avant tout un projet critique posant la question du traitement de l'information en invitant à débattre sur un sujet politique délicat.

 

 

 

photographies : ©  Vlado Alonso

 

 

documents :

 

- dessin de la typographie Atom

- publication « la force tranquille »

- publication « le cône »

 

English Abstract :

 

In face of environmental and economic concerns, government, industries and politicians say that nuclear plants are the only way to produce clean, independent and efficient power. People are still not entirely aware of the  disasters which make up the reputation of this industry.

 

In face of this media propulsed industry, the citizen is lost. If something happens, the danger is not necessarily notable or visible. Far from provoking a cataclysm, it can also perpetuate in long silence and permanence. Or, the laws in place take into account terrorist attacks and climatic concerns, refuse to look at the growing visible dangers.

 

Project « la force tranquille » puts in place different elements (fragile cones) which symbolizes nuclear plants. They are a witness of nuclear waste that recuperates around various sites, representing the possibility of a nuclear incident in the future.

 

 

 

« la force tranquille » is

a space : school, church, theater. The citizen puts

in place elements which he can make with a personalized interface that will reproduce the degradation of the cone.

A contextual projection with  isolated place images, situated around the nuclear plant, complete interaction.

 

« la force tranquille » is

a critical project asking the question of information treatment and invite people to participate in informed conversations about this sensitive political subject

la force tranquille